La santé par les pierres

Les bienfaits de la spiruline

Lecture des lignes de la main

www.for-tunes.net

Se soigner avec les couleurs

Hôtels, restaurants, bars à Madagascar


Tous les aphrodisiaques

Lazurite - Lapis lazuli

• (Na,Ca)8(Al,Si)12O24(SO4)Cl2(OH)2
• Dureté : 4,5, cassante • Semi-opaque • Couleur : bleu sombre, vert-bleu, bleu clair, fréquemment imprégnations jaunes de pyrite • Indice de réfraction : N = 1,5-1,522 • Biréfringence : aucune • Dispersion : aucune • Pléochroïsme : aucun. • Trace : bleu clair • Éclat : terne, gras, également vitreux • Clivage : selon/ 110/ peu visible • Cassure : conchoïdale • Densité : 2,38-2,42 (minéral), 2,7-2,9 (roche à prédominance de lazurite) • Système cristallin : cubique • Morphologie : rare en cristaux (dodécaèdres pouvant atteindre 5 cm), le plus souvent masses microcristallines (sous forme de roche appelée lapis-lazuli composée de lazurite, un peu de calcite, pyrite, etc.) • Luminescence : parfois présente, rouge orangé, rose clair, blanc • Chimie : soluble dans HC1 • Autre propriété : fond en donnant un verre blanc.

Lapis lazuliLa lazurite est surtout présente dans les zones de métamorphisme de contact. C'est un minéral relativement rare, recherché et travaillé depuis la nuit des temps.
Connue depuis plus de 6 000 ans, cette pierre fascinait les Grecs, mais surtout les Égyptiens, comme en témoignent les petits objets sculptés que l'on découvrit dans les chambres mortuaires des pyramides.
Les Assyriens, Babyloniens et Arméniens la ciselaient aussi, mais elle était surtout très répandue parmi les peuples de la vallée de l'Indus. Jadis, les empereurs de Chine portaient sur leur tête une parure en lazurite symbolisant leur pouvoir. Les Grecs et les Romains y sculptaient des statuettes représentant leurs divinités, mais aussi des amulettes, coupes, sceaux et autres bijoux et objets utiles. Réduite en poudre, puis mélangée à de la cire ou de l'huile, elle donnait une peinture bleu outremer.
Les Anciens lui attribuaient aussi des pouvoirs magiques.
Quant à son nom, il est relativement récent. Elle s'appela d'abord saphir étoilé d'or, puis Agricola la nomma cyanus; il fallut attendre Boetius de Boot (1609-1636) pour qu'elle prenne le nom de lapis-lazuli. Ce terme dérive du perse ladjevard (d'après d'autres sources, il s'agirait d'une déformation du mot arabe lazaouard = bleu). On travaille surtout des roches riches en lazurite, appelées lapis-lazuli, comportant, outre la lazurite, d'autres minéraux tels que pyrite, calcite, diopside, Lapis lazuliphlogopite.
Le lapis-lazuli n'est extrait en grande quantité que dans quelques pays. Les principaux gisements, qui sont aussi les plus anciens, se trouvent sur le territoire de l'actuel Afghanistan. Le lapis-lazuli fut probablement exploité dès l'Antiquité, et surtout au Moyen Âge, dans la région du Badakchan, près des sources de l'Amou-Daria.
Les premiers textes évoquant cette contrée datent du XIIIe siècle et de Marco Polo. Ici, la lazurite forme des couches irrégulières dans les skarns blancs et noirs que l'on trouve dans les zones de haute montagne de l'Hindoukouch, non loin de là où la Kokcha, un affluent de l'Amou-Daria, prend sa source (gisement de Sar-e-Sang). Cette mine, située à une altitude comprise entre 2 500 et 3 000 m, s'étend sur presque 2 km2, dans un environnement constitué de roches métamorphiques précambriennes (gneiss, schiste, marbre), recoupées ou traversées par de petites intrusions et veines de granites alcalins, de diorite, de gabbro doléritique et de pegmatite.

suite Lapis lazuli 2

Liste Pierres A - J **** Pierres K - Z